Beauté, pureté et vérité

Jean Foucault,
5 janvier 2014

Beauté, pureté et vérité

Beauté, pureté
Qu’est-ce que c’est ?

Le créateur
Le poète
Ne doit pas chercher à faire « beau ».

Le poète
Le créateur
Cherche à faire « vrai ».

Le poème est terminé
Quand son créateur y retrouve
Son rythme intérieur
Ses silences
Ce qu’il voulait dire :
Tout cela,
Mais rien que cela.

Quand la forme et le fond se rejoignent
Le sens est donné
Et se révèle en plénitude.
Le poète n’a plus rien
À ajouter
À retrancher

Le poème trouve ensuite son lecteur
Alors peut advenir la beauté.
Seulement alors.

La beauté est du ressort
De l’œil qui regarde
De l’oreille qui se tend.
La beauté implique le contemplateur
Qui, au-delà des mots,
Ressent la vérité du poème.

Dès lors une chose est certaine :
L’inspiration n’est pas prête de disparaître
Elle est l’un des modes fondamentaux d’être.

Qui se pose la question de la mort de l’art
Soit fait le procès de l’acquis
Et cela est bon : la démarche artistique
S’écrit du vivant des créateurs
Tous les poètes prennent la plume de leur vivant
Et la critique du patrimoine est bonne
(Asphyxiante culture disait Dubuffet).

Soit ratiocine car il attend du poème
Qu’il fasse le beau.
Et le poème alors à toutes chances
De passer à côté du lecteur.

Quand le poète Pierre Jean-Jouve affirmait :
« les peuples privés de légende
Seront condamnés à mourir de froid »,
Il savait qu’il n’en serait rien

Aucun peuple
N’est privé de légende
Aucun

Aucun peuple
N’est privé de poètes
Aucun

Mais pourtant il arrive que des peuples
Que des langues
Disparaissent

La poésie n’y ait pour rien
Mais l’argent
Mais la mondialisation,
Quand l’homme devient
Un loup pour l’homme.

Et c’est l’honneur du poète
De se lever contre cet état de fait.
Le poète est toujours  immergé engagé
Dans le monde qui l’entoure.
Le poète n’est pas dans la lune
Il a les pieds sur terre !

Pourtant je sais que des langues disparaissent.
Et je pense à cette émouvante parole
D’une Indienne d’Amérique latine
Qui se savait la dernière locutrice dans sa langue
Et s’inquiétait de ce qu’allaient advenir
Des choses et réalités
Qui n’allaient plus être nommées
À sa mort.

Cette femme était poète
Comme toute femme
Comme tout homme

Bouleversante
Comme tout être humain
Riche de la parole de son peuple

Car c’est là que se trouve
Le trésor du poète
Que se trouve Beauté
La Pureté
C’est du vrai
Que le poète ranime la flamme humaine.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s