Samedi 17 octobre 2015 à 19 h 30 : Soirée futurologie : Le passé a-t-il un avenir ?

17oct terUne soirée avec Cyril Dewavrin l’éditeur français de Cent ans après ou l’an 2000 d’Edward Bellamy publié aux États-Unis en… 1888 et Geneviève Bouché, futurologue d’aujourd’hui ayant publié Changeons de civilisation. En pensant, que faites-vous en… 2040 ?

Cent ans après ou l’an 2000 d’Edward Bellamy

Julian West, jeune homme du Boston de la fin dix-neuvième siècle, se retrouve mis en léthargie par un procédé magnétique. Par un incroyable concours de circonstances, il survit à un long sommeil et se réveille en l’an 2000. Il découvre alors une société idéale gouvernée par les principes d’harmonie, de solidarité, de mérite. Le jeune homme, ex-nanti et fils de bourgeois, subitement devenu « préhistorique » au regard de cette nouvelle société, va assaillir son hôte le bon docteur Leete de questions sur son fonctionnement. Mais rien n’est laissé au hasard dans cette utopie sociale où la retraite est à quarante-cinq ans, le temps de travail d’une vingtaine d’heures par semaine, où les salaires sont égaux, et les revenus distribués par l’état à tous sans exception. Face à cette nouvelle réalité, Julian West va établir un diagnostic et une critique tranchante de la société de son époque : l’ère industrielle et le capitalisme triomphant. Pour pimenter le roman, il va se rapprocher de la fille de son hôte, et une intrigue amoureuse va se nouer.

Pourquoi l’ai-je réédité ?

« Cent ans » est un écho du passé qui éclaire notre présent. L’économie, omniprésente dans le débat social, est en crise, et semble tentée par faire revenir nos sociétés aux temps des grandes inégalités. La littérature actuelle regorge d’anticipations obscures sur notre avenir. La réédition et la diffusion la plus large possible de l’utopie « Cent ans », ce véritable témoin d’une époque qui ressemble à la nôtre, a pour ambition d’enrichir les débats actuels.

Aujourd’hui considéré comme un classique de la littérature politique, « Cent ans », fruit de la mouvance socialiste américaine, trop souvent négligée, connût en son temps un succès international qui entraina des mouvances révolutionnaires pacifiques.
On connaît les grandes utopies de l’antiquité, de la renaissance, mais moins celles qui ont accompagné l’émergence du monde industriel et moderne.
C’est dans l’optique de garder le témoignage de l’époque, que la préface de Théodore Reinach apparaît telle qu’elle fut publiée avec la première édition française de 1890.

Cyril Dewavrin

Changeons de civilisation

 Le thème du changement de civilisation peut sembler audacieux, voire même présomptueux. Geneviève Bouché a néanmoins choisi de s’y atteler parce qu’elle y travaille depuis la fin de son parcours universitaire. À présent, elle se rend compte qu’il est temps de cesser de faire des constats aigres et de clamer des solutions sporadiques sans se lancer dans une analyse globale et projective de notre situation. Elle nous livre ici un travail de futurologue. Ce livre prend du recul sur les multiples changements que nous vivons, y compris ceux que nous ne percevons pas explicitement. Après avoir éclairé les dysfonctionnements qu’ils induisent dans nos institutions, l’auteure suggère de nouvelles approches. Elle met en relief les opportunités qui s’offrent aux générations montantes, celles qui vont adapter notre civilisation à un nouveau niveau de maturité collective. Il ne s agit pas de tout changer, d ailleurs, ce n est ni nécessaire ni souhaitable. Il s agit de repérer les quelques changements qui vont entraîner naturellement tous les autres…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s