Vendredi 9 octobre 2015 à 19 h 30 : Paris-Montmartre, en roman et en chansons !

Bruno Testa et Jean Lapierre

Bruno Testa et Jean Lapierre

Une soirée avec la participation de Bruno Testa pour son roman Lettres de mon Moulin-Rouge (Utopia) et de Jean Lapierre pour son guide historique La Chanson de Paris.

Après son roman Les Bals Bruno Testa nous racontait la vie travailleuse et sexuelle du prolétariat des années 1970 dans le Forez, l’auteur nous convie avec ses Lettres de mon Moulin-Rouge à un Montmartre à la fois contemporain, populaire et pittoresque qu’il a connu au cours des années 1990 au contact de figures locales, mais aussi mythique et artistique à travers les grands créateurs ou chanteurs ayant fait la gloire nationale et internationale de la Butte.
Alternant chapitres personnel et historique, Bruno Testa nous livre dans ses chroniques romanesques un narrateur à la recherche d’un improbable roman dont le héros se pause la problématique  de se lever ou pas, au grand désespoir de sa compagne, la bien-nommée Marie-Ange. L’occasion de rencontrer des figures lucides ou alcoolisées livrant leurs pensées ou leurs peurs à notre narrateur, que ce soit le barbier, le baroudeur, le pochard. Ces personnages modernes sont les alter ego à leur manière des héros d’un Montmartre élargi jusqu’à Pigalle et Place de Clichy, chansonnier ou chanteuse comme Bruant et Fréhel, écrivain comme Mac Orlan, Céline ou Henry Miller, cinéaste comme Carné, Renoir ou Duvivier.
Dédié à Claude Duneton, ce livre plein d’humour et d’amour, à la langue pleine de trouvailles, redonne vie à un Montmartre en perpétuelle transformation, chargé de sa cargaison d’histoire et d’humanité.La Chanson de Paris de Jean Lapierre invite à la promenade, suscite des rêveries de toutes sortes, appelle des souvenirs. Par des chemins de traverse, Jean Lapierre nous fait également croiser des visages aimés, certains un peu oubliés, d’autres bien présents dans les mémoires. La Chanson, toute la Chanson, est dans ce livre. D’Aristide Bruant à Johnny Hallyday, de François Deguelt à Juliette Gréco, elle est sans exclusive, dans sa diversité, dans sa variété. C’est ainsi que, de lieu en lieu, d’anecdote en anecdote, cette Chanson de Paris rejoint un peu de notre propre histoire, en fixant des détails qui font, aussi, partie de l’Histoire de France.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s