Octobre 2012

Du lundi 1er au 13 octobre 2012 : exposition  des peintures et collages de Françoise Dupuy. Vernissage le mercredi 3 octobre à 19 h 30.
Après les Arts Déco, les Beaux Arts, le cours Charpentier, l’École du Louvre et l’École de la publicité, Françoise Dupuy se lance dans la peinture et expose depuis 1997 ses œuvres pour notre plus grand plaisir.
Une peinture riche en émotions, qui nous transporte par ses couleurs et son dynamisme.

Jeudi 4 octobre à 19 h 30 : Soirée Iran, avec Mahmaz Shirali, auteur de La malédiction du religieux : La défaite de la pensée démocratique en Iran (Bourin) et présentation de la collection Moutons noirs.
Pourquoi et comment l’islam idéologique a-t-il pu dominer la société iranienne depuis les années 1970 aux dépens du mouvement de réforme, qui a commencé avec la révolution constitutionnelle au début du xxe siècle ? Comment a-t-il pu acquérir une telle audience en Iran, puis dans l’ensemble du monde musulman ? Mahnaz Shirali interroge l’histoire iranienne du xxe siècle pour saisir le rôle et la place du religieux shiite dans l’organisation sociale et politique d’un pays entré dans un processus de modernisation. Écrit par une sociologue d’origine iranienne, ce livre est une des critiques les plus profondes des ruses de l’islam idéologique qui s’est imposé à Téhéran.
Mahnaz Shirali interroge l’histoire iranienne du XXe siècle pour saisir le rôle et la place du religieux shi’ite dans l’organisation sociale et politique d’un pays entré dans un processus de modernisation. Quels sont les éléments qui ont permis au religieux d’accaparer le politique et de s’imposer à la tête du pouvoir séculier ? Comment est-il parvenu à supplanter les autres forces politiques, pourtant présentes depuis longtemps sur la scène iranienne ?
Ce livre dévoile une double malédiction. Celle que le conservatisme religieux, dans ses métamorphoses, fait peser sur la modernité politique en repoussant toute velléité démocratique. Et celle qui atteint la religion elle-même, en la frappant pour longtemps d’un puissant discrédit.

Vendredi 5 octobre à 19 h 30 : Soirée littérature avec la revue La Passe. Une soirée de Lectures, clowneries, rires, soupirs. Découverte du nouveau numéro de la revue La Passe.

Samedi 6 octobre à 19 h 30 : Charles Baudelaire et sa mère, avec Catherine Delons, auteur de L’idée si douce d’une mère : Charles Baudelaire et Caroline Aupick (Les Belles lettres).
Caroline Aupick, mère de Baudelaire, vécut en un siècle qui exaltait la maternité et enfermait les femmes dans un carcan d’irresponsabilité. Entre refus, incompréhension ou enthousiasme, cette mère inquiète réagit de façon contrastée à une œuvre profondément novatrice. Survivant à Baudelaire, elle favorisa l’émergence de la gloire filiale. Ce livre fait revivre les relations passionnées et conflictuelles de la mère et du fils. La confrontation de leurs univers, de leurs attentes, de leurs déceptions, enrichit la connaissance du poète et de son œuvre.

Mercredi 10 octobre à 19 h 30 : Soirée théâtrale : Andromaque de Racine interprété intégralement par un seul comédien Rémi Delieutraz.
Il y a deux intrigues dans Andromaque de Jean Racine: celle d’Hermione aimée d’Oreste et dédaignée de Pyrrhus, celle d’Andromaque qui voudrait sauver son fils. Ces deux intrigues se croisent, s’entremêlent, pour mener les personnages au précipice. Leur devise commune est énoncée par Oreste : « Je me livre en aveugle au destin qui m’entraîne. »
L’acteur, seul sur scène, une écharpe à la main, fait vivre les huit protagonistes de la pièce, avec leurs doutes, leurs errements, leurs colères, leurs passions. Il s’agit ici d’exprimer les vers dans toute leur douceur, dans toute leur violence, et de faire de la tragédie un spectacle vraiment vivant.

Jeudi 11 octobre à 19 h 30 : Soirée slam avec Eno Simo pour Slamea jacta est : explorateur de l’instant et artiste à multiples facettes, Reno Simo ne cache pas qu’il a les boules. Emporté par le mouvement du slam , il exprime cette sphérisation particulière de son humeur avec style et pertinence, humour et bonheur.
Il devient slameur pour le meilleur et pour la rime, trouvant dans ce mouvement une stimulation sans égale pour travailler ses textes et partager sa passion du verbe.
Xavier Ramillon pour Voix sans issue : Cette » voix sans issue », c’est ma voix qui tourne sur les scènes, trois petits tours et puis s’en va … Et la voilà qui se retrouve « Entre guillemets » pour voyager de main en main, maquillée d’encre, sur papier.
Les éditions Universlam éditent « Entre Guillemets » une collection de recueils de poésie vivante et moderne, afin de partager l’oralité par écrit, cette poésie de l’instant.

Vendredi 12 octobre à 19 h 30: Soirée architecture avec Benjamin Loiseau et John Gelder pour « Less is too much », et leur éditrice Florence Issac. Vertige du vide chez Ludwig Mies Van der Rohe et prolégomènes insurrectionnels urbains.
www.lechappeebelleedition.com
À travers un personnage comme Ludwig Mies van Der Rohe, acteur incontournable dans l’urbanisme du siècle dernier, le devoir de tout sociologue, éducateur, politique et, à plus forte raison, ici, architecte et paysagiste est de questionner sa responsabilité face aux évolutions qui agitent le monde. Une des principales consiste à prendre la mesure d’une réalité radicalement complexifiée, depuis les fameuses années 70, fondées sur un « Avenir Radieux », le progrès en toute chose. La fameuse « crise » que vit l’espèce issue du Néolithique – donc vous et nous auteurs complices – était inconcevable sérieusement, juste bon pour les diseurs de mauvaise aventure, les Cassandres. Or la réalité est bel et bien là : de quatre milliards d’habitants vers les années 50/60, nous sommes 7 milliards d’hominiens dont 75 % sont parqués dans les zones urbaines, gérés par les serviteurs du fameux et inévitable marché mondialisé. Avec les dangers d’autodestruction que tout responsable honnête sait, certes, mais peut-être avec une chance « mystérieuse » de trouver une issue « genre nouveau ». Les remarques sur la technique, la transparence et l’art urbanistique de L. Mies van der Rohe, un demi-siècle plus tard, ne pouvaient pas ne pas être posées.

Samedi 13 octobre de 14 h à 16 h : Atelier d’écriture… inscrivez-vous ! animé par Jean-Lou Guérin : première séance.
Ces ateliers auront lieu tous les 15 jours les samedi de 14 h à 16 h. Pour trouver ou retrouver le plaisir d’écrire, mettre en forme ses souvenirs, faire confiance à son imagination.

expo antoine 15oct2012Du 15 octobre au 3 novembre 2012 : exposition « Couleurs et Lumières », peintures d’Antoine et Sylvain Montané. Vernissage le mardi 16 octobre à partir de 18 h.

Mercredi 17 octobre à 19 h 30 : Les rendez-vous de la création, avec Dominique Sampiero, présentation par Maram al-Masri.
Homme aux multiples talents, Dominique Sampiero a abordé les divers rivages de la création avec le même allant. Scénariste, réalisateur, essayiste, romancier, nouvelliste, auteur de théâtre ou de livres jeunesse, il a brillé également comme poète dans ses nombreuses publications.
Maram al-Masri l’interrogera sur sa trilogie poétique (« Carnet d’un buveur de ciel », « Le maître de la poussière sur ma bouche » et « Bégaiement de l’impossible et de l’impensable » chez Lettres vives) ainsi que sur ses romans.
L’occasion aussi de découvrir les deux derniers recueils de la poétesse syrienne Maram al-Masri, Femmes poètes du monde arabe (Le temps des cerises) et La robe froissée (Bruno Doucey).

Vendredi 19 octobre à 19 h 30 : Poésie sans frontières, avec Jeanne Marie, traductrice du poète espagnol Ilan Galan pour son recueil Un autre jour se lève.
Un autre jour se lève, envols poétiques où le poète & philosophe espagnol déplore la disparition des villages et de la vie simple et propose un retour à la nature, une fuite vers les forêts et les montagnes ; une vision intérieure de la nature comme symbole et référence soumise aux attaques des désastres écologiques : sentiments menacés par le ciment, villes de fumée égarées dans des asphaltes anonymes, mystique qui coule à travers les forêts et se dévoile, au-delà des conventions, comme la recherche de l’harmonie perdue. Poèmes métaphysiques qui cherchent un cap, l’espérance à laquelle on ne peut renoncer, comme une extase, et qu’on atteint par la contemplation de la beauté dans des retrouvailles avec un Infini libérateur. (de Un autre jour se lève, d’Ilia Galan © traduction de Jeanne Marie).

Mercredi 24 octobre à 19 h 30 : Soirée littérature, avec la revue Verso et Alain Wexler en compagnie de 4 auteurs, Kiko, Marianne, Jacqueline Persini-Panorias et Andrea Taos.
Notre rencontre bi-annuelle avec cette très ancienne revue.
Kiko est peintre, il expose régulièrement. Il écrit des textes forts, atypiques. Marianne écrit une poésie humaniste. Jacqueline Persini-Panorias est publiée dans nombre de revues. Ses textes subtils explorent le réel. Andrea Taos est d’origine espagnole et pratique le flamenco.

Jeudi 25 octobre à 19 h 30 : Connaissance de soi et développement personnel (Numérologie, astrologie, tarot) avec Véronique Agranier et les éditions Terre de lumière.
Qui suis-je ? Quel est mon but de vie ? Comment devenir acteur de ma vie ?
Faire des bons choix ? Faire un bilan évolutif de ma vie ?
Cheminer vers plus d’épanouissement intérieur ?

Samedi 27 octobre de 14 h à 16 h : Atelier d’écriture… inscrivez-vous !
animé par Jean-Lou Guérin autour de Je me souviens de Georges Perec. Ces ateliers auront lieu tous les 15 jours les samedi de 14 h à 16 h. Pour trouver ou retrouver le plaisir d’écrire, mettre en forme ses souvenirs, faire confiance à son imagination.

Mardi 30 octobre à 19 h 30 : Sagan et fils, avec Denis Westhoff. Françoise Sagan vu à travers le regard de son fils Denis Westhoff, auteur d’un livre de souvenirs Sagan et fils (Stock).
L’occasion de parcourir l’oeuvre de Françoise Sagan, rééditée en partie par son fils, au-delà des légendes et des mythes.
Françoise Sagan est morte le 24 septembre 2004. Elle laisse une dette fiscale de plus d’un million d’euros et une oeuvre, composée d’une trentaine de romans et d’une dizaine de pièces de théâtre, sur le point d’être purement et simplement liquidée. Sagan est en passe de disparaître deux fois quand Denis Westhoff, son fils unique, décide, en 2006, d’accepter cette succession empoisonnée, hors norme. Un vrai parcours du combattant qui le conduit à repasser sur les traces de ce « charmant petit monstre », né sur la scène littéraire et médiatique en 1954 par la grâce de son premier roman, Bonjour tristesse.
Il réalise alors que la femme publique que l’on a dit si prodigue avec son argent, aimant vivre dangereusement et de préférence à cent à l’heure, lui est longtemps restée inconnue.
Lui a été aimé et élevé par une mère qui a pris soin de le protéger des éclats de sa légende d’écrivain-star. L’envie de remettre les points sur certains i, de dire les choses telles qu’il les a vues, entendues, et non pas telles qu’on a bien voulu les interpréter, grandit peu à peu en lui. En repassant par certains lieux, en se remémorant des anecdotes, des moments forts, gais ou douloureux, des conversations intimes, en dessinant les portraits de ceux qui ont vraiment fait partie du cercle Sagan, dont ses grands-parents Quoirez ou encore son père, l’anticonformiste Robert Westhoff, il éclaire d’une lumière totalement inédite l’une des figures majeures de la littérature française.
Ce livre n’a pas pour ambition de dire la vérité sur Sagan, mais une vérité. Celle d’un fils qui ose enfin dire, avec bonheur et liberté, ce qu’il a vécu auprès d’une mère pas tout à fait comme les autres.

Mercredi 31 octobre à 19 h 30 : « Voix féminines du monde entier ». Pas d’ici, pas d’ailleurs (Voix d’encre, 2012), anthologie poétique francophone de voix féminines contemporaines. Présentation et choix de Sabine Huynh, Andrée Lacelle, Angèle Paoli et Aurélie Tourniaire.
L’anthologie Pas d’ici, pas d’ailleurs capte le pouls poétique des femmes poètes réparties sur les vastes territoires de la francophonie, à l’aube du troisième millénaire, autour d’une thématique universelle et résolument moderne : l’identité et l’altérité dans les pas qui nous mènent ici et ailleurs.
En présence d’Angèle Paoli et Sabine Huynh. Lectures avec Marielle Anselmo, Myriam Eck, Maïa Brami, Anne Savelli, Sabine Péglion, Marie-Florence Ehret, Anne Ortiz Talvaz, Ghyslaine Leloup, Anne Mulpas, Claudia Carlisky, Brigitte Gyr, Anne Mounic, Claudine Bohi, Monique Akkari, Suzanne Dracius, Maria Desmée, Luce Guilbaud, Isabelle Raviolo, Laurence Verrey, Judith Chavanne, Linda Maria Baros, Hélène Lanscotte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s