janvier 2011

Du lundi 3 janvier au samedi 15 janvier 2011, exposition « Corps Seul » dessins à l’encre de Bernard Fontaine. Vernissage le vendredi 7 janvier à partir de 18 h 30, projection d’un court métrage de l’auteur : En l’air.

Jeudi 6 janvier 2011 à 19 h 30 : spectacle dansé, parlé, chanté, joué autour de L’ode triomphale de Fernando Pessoa avec Bruno Jouhet, Rosi Andrade, Marie Lopès, mise en espace de Philippe Gouttes
« Allez hop ! les ponts
Allez hop ! les trains !
Allez donc ! les hôtels à l’heure du dîner !
Allez hop ! tout le passé dans le présent !
Allez tout l’avenir déjà en nous !
Hop là !… »
Fernando Pessoa

Vendredi 7 janvier à partir de 18 h 30, vernissage de l’exposition « Corps Seul » dessins à l’encre de Bernard Fontaine. Projection d’un court métrage de l’auteur : En l’air.

Mercredi 12 janvier à 19 h 30 soirée histoire : « La politique coloniale de Napoléon » présentation par le docteur Jacques Sandeau à travers deux exemples, l’île Maurice et Saint-Domingue autour de ses livres Le général Decaen à l’Ile de France et Une catastrophe épidémiologique : la fièvre jaune à Saint-Domingue (1802-1803)

Vendredi 14 janvier à 19 h 30 : Lectures avec les éditions Les Arêtes, venues spécialement de leur côte Atlantique, en présence des auteurs Françoise Thieck, pour Les Dames de Jadis, d’Anita J.Laulla, pour Cracheurs de feu, de la traductrice de Maria Gabriela Llansol, Guida Marques, pour La Foudre sur le crayon/Hölder, de Hölderlin/Cantilène et de l’éditrice, Sandrine Pot, pour Récits de la déshérence de Jeanne Hyvrard. L’occasion de fêter le premier anniversaire de la petite dernière, la collection « Au bord du livre ».
Au bord du livre : textes courts dits mineurs, textes spontanés, cahiers, notes, dessins, entre les genres, entre les formes, inclassables, pour cheminer, entrer dans les marges : celles où nous aurions pu nous tenir… Le credo des Arêtes, en quelque sorte!

 Samedi 15 janvier à 19 h 30 : soirée Pasolini, lectures, avec la revue Diérèse animée par Daniel Martinez, d’inédits du journal-poèmes (1948-1953) de Pier Paolo Pasolini par son traducteur Laurent Monges-Chevalier, précédées de la présentation des poètes Isabelle Lévesque (Ultime Amer) et Etienne Ruhaud (Petites Fables) de textes parus dans la revue Diérèse.

Mardi 18 janvier à 19 h 30 : Littérature sonore avec Pascale de Trazegnies , écrivain et Didier Malherbe, musicien.
Pascale de Trazegnies nous lit (voix parlée et parfois chantée)des extraits de son dernier livre Le mort, paru aux éditions Act Mêm, alors que Didier Malherbe entrelace, étend ou ponctue le texte de ses instruments surprenants (saxophone, doudouk, ken, toupie, tambour et autres sortilèges). Une façon originale d’aborder lecture et littérature.
Pascale de Trazegnies (ex groupe Cos) a publié plusieurs romans chez Fixot. Didier Malherbe (ex Gong et actuel Hadouk) a publié un recueil de sonnets, également chez Act Mêm.

Mercredi 19 janvier à 19 h 30 : exposition de photographies de Philippe Barnoud prolongée jusqu’au 26 février, une exposition de photos est une scénographie de la réalité, sans pour autant se confondre avec elle.
Quoi de plus réel – apparemment – que la représentation de grévistes, de plus réaliste -a priori- que des manifestations de sans-papiers, par le truchement de la photographie ?
Et pourtant, Philippe Barnoud le démontre : cette femme pensive et seule arborant sur son maillot le sigle d’un syndicat dos à ses collègues masculins, ou bien ces grévistes votant unanimement une motion, sauf un -celui qui fait précisément le sujet principal de la photo, les mains dans les poches et le visage fermé-, Philippe Barnoud transforme les pixels de ses images en un médium filtrant l’émotion de cette réalité décidément insaisissable et renouvelable.
Cette exposition se compose ainsi de ces photos à caractère social, ouvriers ou manifestants, mais aussi d’une multitude de portraits individuels d’écrivains, d’éditeurs, qui ont participé à la librairie à l’une des 600 soirées depuis la création de ce lieu.

On y retrouvera des écrivains célèbres telles Benoite Groult et Jeanne Cordelier, une philosophe comme Belinda Cannone, des poètesses de toutes générations telles Cécile Oumhani, Sarah Mostrel, Marielle Anselmo, des romanciers comme Antoine Choplin ou Sylvie Gracia, des historiens ou essayistes tels Marc Tardieu ou Virginie Linhart, des éditeurs comme Bruno Doucey, Nicolas Lebeau (l’inventeur du billet-poème), André Versaille, des poètes comme Jacques Barbaut, Stéphane Bataillon ou Jacques Ancet, un critique comme Raphaël Sorin, une comédienne romancière telle Joëlle Miquel, une revuiste comme Blanche Brissaud, des éditrices comme Luce Jame ou Florence Issac, des auteurs insulaires à l’instar des Haïtiens James Noël et sa compagne artiste Pascale Monnin ou bien Maggy de Coster, une arabophone comme la magnifique Maram al-Masri, des polyglottes comme Gérard Augustin ou Michel Cassir, un occitan féru de langue française pareil à Claude Duneton, des facétieux semblables à Henri Cueco ou Jean-Louis Chiflet, une pince-sans-rire à l’imitation d’Anne de Rancourt, des pétroleuses à l’instar de Victoria Thérame, Françoise Mingot ou Claude Brabant, un libraire comme Armel Louis et bien d’autres encore, à l’égal de l’inclassable Alain Robinet.

Jeudi 20 janvier à 19h30 : « Désobeissez ! » avec Xavier Renou et le collectif des Désobéissants.
Ils sont faucheurs d’OGM, démonteurs de panneaux publicitaires, clowns activistes, dégonfleurs de 4×4 de ville, inspecteurs citoyens de sites nucléaires, activistes écologistes, hébergeurs de sans-papiers… Ils renouent avec une culture de la désobéissance civile/civique, du refus radical et ludique. Ils pensent que ces luttes et ces méthodes sont plus que jamais indispensables, et que c’est ensemble, et dans l’action directes non-violente, qu’ils rendront possible la transformation radicale de notre société, et de ce fait notre survie à tous dans un monde redevenu vivable.
Les Désobéissants sont un collectif activiste qui forme à la désobéissance civile et accompagnent ceux qui entendent se battre pour le bien commun. Xavier Renou en est l’un des membres fondateurs et dirige la collection Désobéir aux éditions de Passager clandestin.
Titres parus : Désobéir avec les sans-papiers, Désobéir au nucléaire, Désobéir à la pub, Désobéir par le rire, Désobéir pour le service public, Désobéir pour le logement, désobéir dans l’entreprise.

www.lepassagerclandestin.fr, 12, rue Saint-Bernard 75011 Paris

Le vendredi 21 janvier 2011 (en réalité 24 décervelage 138 E. P.) à 19 h 30 : Lectures boxées avec la participation de Stéphane Mahieu, Thieri Foulc, Jehan Van Langhenhoven et Éric Pintus.
Viridis Candela
Le correspondancier du collège de Pataphysique
Le n° 14 qui paraît en janvier 2011 comporte un grand dossier sur Arthur Cravan : Vie d’Arthur Cravan en six rounds avec des documents inédits par Bastiaan van der Velden et Stéphane Mahieu cinq lettres inédites d’Arthur Cravan et une lettre de Jehan Van Langhenhoven à propos de sa pièce (perdue) sur la recherche d’Arthur Cravan par Mina Loy.

Mercredi 26 janvier à 19 h 30 : Le cinéma dans les dictatures, conférence-débat avec Daniel Chocron.
Au cours du XXe siècle les dictateurs ont vite compris les avantages offerts par le cinéma en tant qu’outil de propagande.
Du fascisme italien au réalisme soviétique, du cinéma nazi au cinéma franquiste en passant par celui de la revolution nationale en France, tous les pouvoirs ont marqué leur emprise sur le cinéma qu’ils ont instrumentalisé de manières differentes à des fins de propagande politique. Daniel Chocron évoque et met en perspective les caractéristiques de ce cinéma
Parmi les cinéastes évoqués :
Fascisme italien : A.Blasetti, A.Genina et Roberto Rossellini.
Réalisme socialiste : Poudovkine, Doggenko, Eisenstein.
Nazi : Leni Riefensthahl, Fritz Hippler et Weit Harlan ( le juif Suss).
Franquisme : Antonio Del Amo et Vicror Erice.
France : Ginette Leclerc, Arletty, Fernandel, Albert Préjean tous proches du Maréchal sans oublier La Continentale.

Vendredi 28 janvier 2011 à 19 h 30 : « Enfances meurtries » Avec Catherine Enjolet, fondatrice de Parrains par’mille et auteur du livre Parrainer les enfants d’à côté parlera de l’action de son association et présentera son combat pour permettre à des milliers d’enfants en situation d’isolement familial ou d’exclusion de nouer des liens affectifs avec un parrain ou une marraine bénévole.
« Issue d’une famille fragilisée par les accidents de la vie, Catherine Enjolet a dû apprendre à survivre aux blessures et aux traumatismes de son enfance. Autodidacte, devenue professeur de lettres et écrivain, elle se lance en 1990 dans l’aventure du parrainage de proximité, en fondant l’association Parrains par’mille. partant du constat que beaucoup trop d’enfants souffrent de carrences affectives, elle met en place un système fluide et simple pour créer des liens entre eux et des adultes volontaires, désireux d leur offrir du temps et de l’affection. ce sont aujourd’hui près de 4000 parrainages qui ont, été initiés par l’association dans toute la France. »

Samedi 29 janvier à 19H30 ; Soirée L’échappée belle édition. Présentation de Trois auteurs de la collection Ouvre-Boîtes (poésie); David R Belair pour L’éternité retrouvée, Pierre Desgranges pour À la criée du temps et Florence Issac pour Juste un peu d’amour avant la fin. Lecture de poèmes des différents recueils
http://www.lechappeebelleedition.com
L’échappée belle édition
Une édition amoureuse, vivante, sensuelle qui s’interroge, surprend, imagine. Fureter, creuser, expérimenter l’impossible. Que le cœur palpite.
Une édition comme combat contre une pensée unique qui nous ferait passer à côté aveugles de nous-mêmes.
Florence Issac, éditrice

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s