Novembre 2010

Mercredi 3 novembre 2010 : Soirée « Les chemins du bouddhisme ».
Marc Tardieu nous emmènera sur l’ultime étape terrestre d’une figure incontestable, Bouddha.
Traducteur de textes bouddhistes, auteur et directeur d’une collection traitant des communautés et minorités en France, Marc Tardieu décide à 50 ans de suivre La dernière marche du Bouddha en Inde, journal de bord et intime où il partage sa foi et ses réflexions avec d’autres fidèles de tout horizon. Dans La sérénité de l’éveil il élargit sa réflexion par une analyse historique, géographique et personnelle de son parcours spirituel. Loin des monothéismes guerriers et totalitaires, des sociétés modernes, matérialistes et violentes, la diversité du bouddhisme s’accorde avec la diversité humaine en aspirant vers la paix intérieure de soi et des autres.

Jeudi 4 novembre : La puissance des rêves. Michel Lobrot explorera pour nous un monde méconnu : le rêve.
Sexologue, psychothérapeute et philosophe, Michel Lobrot est l’introducteur en France des groupes d’expression libre et des thérapies non directives. Critiquant les méthodes psychanalytiques d’interprétation des rêves dans L’Anti-Freud, il propose d autres méthodes. Avec La puissance des rêves il invite à les revivre, tel un psychodrame, quitte à amplifier les affects et les pulsions, quitte à rencontrer ses monstres. « Le rêve nous amène au spectacle et ce spectacle est le spectacle de nous-mêmes, de notre moi le plus profond…L’œil intérieur nous fixe sur nous-mêmes, l’œil extérieur nous fixe sur le monde. » Michel Lobrot analyse son journal de rêves, y compris par le fonctionnement du sommeil et du cerveau. « Le rêve anime les sociétés et les groupes … Le psychisme déborde de partout, éclate dans tous les sens, fabrique des systèmes absurdes… la pire des absurdités engendrées par lui et peut-être cette croyance dans la placidité intégrale » du type stoïcien ou bouddhique.

Vendredi 05 novembre : Soirée «Revue Midi », avec Françoise Thieck Champin.
La Revue Midi et ses trésors retrouvés …. Poésie, théâtre, arts, correspondances inédites.
Muse_Secouée pour Flûte et Électronique
Hiroko Matsumoto, Flûte traversière ; Nadir Babouri, composition, réalisation informatique.

Préambule (ce poème est diffusé en arabe, en voici une traduction succinte)

J’ai aimablement accepter de m’asseoir à vos côtés
De voir votre regard
Et Vous entretenir
J’attends un jour nouveau
Un jour de voyage
Un jour de rencontre
Et l’avant dernier jour
Je dis :Je souhaite vivre le même
Et à l’esprit
Le pouvoir d’affecter et d’être affecter
Des êtres et des choses.

nadir babouri
au commencement il y a le poème ainsi que cette toile de Paul Klee:

Exposition de bibliophilie des ateliers Rigal du 2 au 20 novembre

Samedi 6 Novembre 2010 à partir de 19 h : lecture de poèmes par Blandine Douailler et la revue A verse, présentation des livres avec gravures et premiers tirages par Pierre-André Poinsignon et David Rybak.
Panorama du texte illustré en gravure par les Ateliers RIGAL, depuis 1927 avec Alexeïeff, Dali, Decaris, Gauberville, Houtin, Lars Bo, Le Paih, Perramant, Peschard, Poinsignon, Quillivic, Edmond Rigal, J.J.J. Rigal, Vernet et les autres.
Des textes de Bigeault, Cassou, De Gaulle, Dhôtel, Douailler, Garnung, Grosjean, Lamy, Lascault, Louis-Combet, Salazar, Tournier, etc.
Rencontres inter-générations auteurs-artistes-amateurs.
D’autres gravures en carton de : Assadour, Dali, Edmond Rigal, J.J.J. Rigal, Mathonnat, Vernet, Rybak, Poinsignon, Marès, Beugniet, Bec, Perramant, Duca, Gauberville.

Mercredi 10 novembre à 19 h 30 : Soirée spectacle « les magiciens de la plume », animée par Jacqueline Charliac, écrivain avec Patrice Bouret, Catherine Brisson, Didier Cambon, Marianne Court, Olivier Dennery, Hervé Vieillard – Baron.

Rejoignez-nous pour un moment surprenant fait de bons mots et d’humour !
L’animatrice propose ce qu’on appelle une motivation, c’est à dire un thème, une citation non point à commenter mais qui donnera de l’élan à l’écrivant. Chacun se penche sur la tâche. Au bout du temps fixé pour la rédaction, chacun lit son texten découvre les tendances, les talents des uns et des autres. Il y a ceux qui s’intéressent à l’enfance, ceux qui trouvent un peu de philosophie à tirer de la motivation, ceux dont l’écriture est poétique, ou sèche, ou gouailleuse.

Vendredi 12 novembre à 19 h 30, offrez-vous une plongée au coeur des batailles du Japon médiéval en compagnie de Julien Peltier, auteur du Crépuscule des Samouraïs. Personnages hauts en couleurs, guerriers de légende, trahisons et moments de bravoure, revivez les grandes heures de l’épopée des samouraïs à la librairie La Lucarne des Écrivains. À l’issue d’une conférence, vous pourrez échanger avec l’auteur autour d’un buffet.”

Samedi 13 novembre à 19 h 30, Rime en Scène viendra présenter à la Lucarne des écrivains son nouveau spectacle : Les Âmes aux pieds nus.
Un spectacle poétique et musical imaginé et interprété par Sandrine Clarac et Amandine Thiriet, à partir du recueil de Maram al-Masri, Les Âmes aux pieds nus (éditions Le Temps des Cerises) : portraits de femmes victimes de violences, recomposés en un chant d’amour, de tendresse et de liberté.
Durée : 1 h environ.
Entrée libre – chapeau à la fin du spectacle
Informations sur la compagnie Rime en Scène : http://rimeenscene.free.fr

Extraits
Betty : https://files.me.com/athiriet/u2m1rg.mov
Madame Charles : https://files.me.com/athiriet/jiuhg2.mov

Mercredi 17 novembre à partir de 19 h : vernissage photo « le portrait en sténopé » de l’atelier sténopé par Katrin Guntershausen .
Exposition et atelier présentés dans le cadre de Mon Expo en Vitrine 2010 du 17 au 28 novembre, organisée par l’association Au Tour du Canal de l’Ourcq avec le soutien de la Mairie du 19e. Les appareils sténopé sont prêtées gracieusement par sténoflex

Jeudi 18 novembre à 19 h 30 : Soirée spectacle avec le groupe Frangélik.
« Mots nomades » , concert de textes et chansons avec les Frangelik, c’est-à-dire Frank Schluk et Angélique Condominas.
Nos deux bardes nous proposent un spectacle novateur, que vous pouvez retrouver au Théâtre des Déchargeurs, alliant textes lus, textes accompagnés de musique et chansons en duo ou bien seul, combinant un art de vivre et de rêver, d’agir et d’aimer. Leurs mots voyagent à travers nos sens, y distillant un vent de liberté, de fantaisie et de bonheur. Un tour de mots musical plus qu’un récital de chansons, mots dits (parfois maudits), mots contés (racontés), mots chantés (enchantés et déchantés), mots d’amour et de désamour, une palette d’histoires que la musique et la voix accompagnent suivant leurs mots-dulations, avec humour ou rage, ironie et interrogations.
« Mots Nomades, au départ, c’était une collection de mots qui se baladait sur les six cordes d’une guitare. Avec tous ces mots qui s’enchevêtraient dans les cordes, comme autant de fils colorés, Mots Nomades, c’est devenu la trame d’un spectacle. Une trame d’histoire d’amour, avec plein de rencontres tissées à l’intérieur. De l’exotisme dans le droit-fil, du dépaysement dans les coutures, des souvenirs d’enfance dans les poches et des secrets planqués dans les ourlets. » A. C.

Vendredi 19 novembre : Soirée littéraire à 19 h 30 : « Femmes et Romans ». Rencontres de 3 femmes écrivains.

« Femmes et Romans » dans notre cycle mensuel « La création au féminin », avec Dominique Barbéris, Marie Sizun et Agnès Olive
Trois romancière, trois tempérament et trois univers différents, après nos soirées consacrées à « Érotisme et féminisme » et « Femmes et éditions ».
Dominique Barbéris, romancière et animatrice d’atelier d’écriture en Sorbonne, Prix des Deux magots (un seul me suffirait), nous offre dans « Beau rivage » un univers proustien au cœur d’un lieu unique, un hôtel au fin fond des montagnes. Ce huis-clos où l’on cultive l’ennui nous entraîne avec la narratrice, en dépit d’une intrigue qu’on croit policière ou d’espionnage, vers le gouffre du couple et de soi. Allons-nous rencontrer ce bel et sombre inconnu ?
Marie Sizun, romancière sur le tard, publie son premier livre à soixante-cinq ans et obtient pour « La femme de l’Allemand », le grand Prix des lectrices de Elle. Dans son cinquième roman, Plage, la narratrice attend et attend, seule, sur la côte ou à l’hôtel, la venue de son « philosophe », amant et homme marié. Cette attente au milieu de familles et de vacanciers, va devenir au fil des pages une introspection qui lui permettra, en dépit de l’absence de l’aimé, de s’émanciper de ses rêves vains.
Agnès Olive, poète, essayiste et éditrice, publie avec La mort naturelle son premier roman. A travers une écriture sauvage, elle décrit la liaison frénétique d’une femme avec le mari d’une de ses amies : à la vie, à la mort ! Agnès Olive nous a déjà présenté à La Lucarne deux essais, Rimbaud, heureux comme avec une femme et L’artiste au nez rouge sur Philippe Léotard, en faisant une association audacieuse autour de ces deux personnages hors-normes.
Un débat, en prolongement de l’article publié dans la nouvelle Gazette de la Lucarne, constituera le fil rouge de cette soirée très attendue.

Dominique Barbéris auteur de «Beau rivage» … roman tissé d’attente et d’incertitude .. poétique de l’attente, fuite du temps !

Marie Sizun auteur de «La plage» … très beau portrait de femme : simple et sensible. Une femme amoureuse dont le seul signe distinctif est sa solitude.

Agnès Olive auteur de «La mort naturelle » …. l’amour parfait, c’est l’amour interdit. Une histoire qui ne peut pas durer.

Samedi 20 novembre à partir de 16 h : finissage de l’exposition de bibliophilie des ateliers Rigal autour du Beaujolais villages nouveau de Michel Nesmes avec les artistes Ludmilla Balfour, Roselyne Gauberville, Patrick Vernet et les écrivains Olivier Bailly et Francis Garnung

Mercredi 24 novembre : vernissage à 19 h 30 de l’exposition d’illustrations originales d’Elsa Oriol du 22 novembre au 4 décembre.
Une passion pour la peinture et pour l’illustration…
Le désir d’exprimer des émotions à travers ces deux arts
Amateurs de contes et d’enfance, de Princesses et de Barbe Bleue, d’histoires rigolotes ou gentilles,
Elsa Oriol vous offrira sa palette de peintures à huile dans lesquelles mystère et mélancolie prédominent, sur les murs de La Lucarne des Ecrivains du 22 novembre au 4 décembre. Neuf albums seront présent autour des planches originales exposées de cette jeune peintre.
« Déméter et Perséphone » que raconte et illustre Elsa Oriol, ainsi que « Les six frères cygnes » de Wilhelm et Jacob Grimm, sans compter le roi des conteurs et le conteur des rois, Charles Perrault et sa Barbe bleue…
Mais aussi des histoires plus quotidiennes comme La nouvelle, L’enterrement, Dix petits poussinsOù es-tu mon bébé ?, Le pipi de Barnabé et bien sûr Noël en Alaska.

Alors l’occasion pour les grands de s’offrir une peinture originale et pour les petits des albums originaux…

Vendredi 26 novembre : Soirée poésie, avec « Levée d’Ancre» dirigée par Michel Cassir & Gérard Augustin, en compagnie du poète Alain Robinet la poésie sous toutes ses formes !
« 3 POETRIAE NOVAE »
convoquent Homère, Xénophon, Hérodote, Virgile, Arioste, L. Caroll &…
à ce colloque :
… Longtemps j’ai cherché, longtemps j’ai hésité à l’Intituler de ces 3 textes… Euréka ! me dit un jour Gérard Augustin, l’helléniste complice de l’aventure : rejuvenatio. Du vieil faire du neuf ! S’il y a du Baudelaire, c’est + à Geoffroy de Vinsauf, grammairien anglais qui publie en 1210 « Poetria nova », que j’ « L »’emprunte &, les textes à Homère, à Xénophon, à Virgile, à Lewis Carroll, sous les augures génériques de Lycophron, car il y est question : d’imitations, de translations, de transformations, de compressions spatiales, de dérivations temporelles, de cristallisations oniriques, de crédit-illustrations & de réflexions glissées, croisées, tissées des autres, de résumés, de condensés, d’abrégés, de précipités, de comprimés, de raccourcis & de précis. Soyons-le donc, pour y affirmer ( :: la lenteur dans la vitesse qui, de l’équin troyen, des équidés xénophonés jusqu’à l’hippogriffe d’Arioste, est une vue cavalière sur les récits :: ) le discours de & sur la poèsie pour en surligner l’elocutio de sa rhétorique, pour mettre en exergue sa psychagogie ( :: un sens inouï jailli d’entre les signes de ces prétextes, qui, aux tropes galopées du souffle, démytifie pour remixthyfier à fond renversé :: )*… Car si le poète est un voyant, « Il » doit, de toutes les urgences, – à moins d’être le ½ urge de sa névrose – par sa résilangue d’insurgé, parcourir les mondes d’un réêlve & inventer des faits ainsi avérés exacts car tous proNOMcés, cartouches contre le global formating ! …
Alain Robinet
* Ce livre est accompagné d’un CD original de David Christoffel : qui, auteur de plusieurs opéras parlés, s’intéresse aux potentiels polyphoniques de prosodies déviantes & qui, à partir des ompressions des 24 chants de L’Illiade par Alain Robinet, a, ludiquement, composé une création sonore en 9 tableaux multipistes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s