Juin 2010

Du samedi 29 mai au samedi 19 juin 2010 : exposition « Des bijoux pas comme les autres ». Vernissage le samedi 29 mai de 14h à 18h en présence des créatrices avec Fanny’s Flowers, bijoux en argile polymère et Maille Workshop, bijoux en textile.
Oui, une expo de bijoux, mes bijoux ! Ca vaut le coup d’y aller voir, en rouge vêtu !
Alors, mes bijoux, allez-y !
Un coup de cœur réciproque pour leurs bijoux a réuni Fanny et Isabelle. Il n’en fallait pas plus à ces deux créatrices pour décider de partager une aventure créative. De ventes confidentielles en expositions, elles séduisent par leurs bijoux pas comme les autres. Aujourd’hui, Fanny et Isabelle ont choisi comme écrin la Lucarne des Écrivains pour vous faire découvrir leur univers créatifs.

Isabelle
Au plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé créer, mettre en réalité mon imaginaire. Le textile a toujours été ma matière de prédilection. Curieuse de tout, j’ai appris d’autres techniques comme la broderie, le crochet. Un jour, j’ai « emmêlé » tout cela et c’est ainsi que ma première collection de bijou textile a vu le jour.
Par la réalisation de ces bijoux, entièrement réalisés au crochet pour certains ou accessoirisés de pièces au crochet pour d’autres, j’aime l’idée de créer un bijou à la fois très mode et hors du temps.
Mon univers est composé de laine et de coton, de ruban et de dentelle, de perles et de boutons. Je les crochète, les brode, les couds et au fur et à mesure le bijou prend forme et s’invente. Les matières et les couleurs se déclinent au gré des saisons !
Depuis deux ans j’ai le bonheur de créer des bijoux très uniques, légers à porter et tout doux !

Fanny’s Flowers
Tirant son inspiration dela nature qui l’entoure Fanny’s Flowers nous propose un bouquet de bijoux en argile polymère. Après s’etre essayée à la peinture sur porcelaine et à la mosaïque cette créatrice nous promène avec la délicatesse d’un papillon dans son univers floral et coloré.

http://mailleworkshop.canalblog.com/
http://www.fannysflowers.fr

Mercredi 2 juin 2010 à 19 h 30 : « Dans la chimère des mots. Poètes du ghetto de Czernowitz (1941-1942) » avec François Mathieu, la revue Fario et les éditions Laurence Tepper.
http://www.editionslaurenceteper.com/fiche-livre.asp?Clef=32
http://www.editionsfario.fr/spip.php?article89

 Jeudi 3 juin à 19 h 30, la lucarne présente les deux dernières publications du Jardin d’Essai. Giacomo le Tyrannique de Giuseppe Manfridi( adaptation Huguette Hatem) et Jardins de Paris.
*Giacomo le Tyrannique *est paru dans la collection Textes de théâtre
*Jardins de Paris* est paru dans la Collection « Villes et nature »
Poèmes, nouvelles, lettres, souvenirs d’enfance, écrits intimes, descriptions géographiques, réflexions historiques, tous les genres sont ici abordés en relation avec un ou plusieurs jardins.Bien sûr, ils ne sont pas tous là, les grands, les beaux, les célèbres jardins de Paris.Mais il y a aussi les petits, les insolites, très anciens ou très nouveaux, ceux qui méritent à peine ce nom et ceux qui ont été inventés par des artistes.
Le Jardin d’Essai.
http://jardindessai.free.fr

 Vendredi 4 juin à 19 h 30, « Maroc et poésie ». Rencontre avec deux poètes emblématiques du Maroc contemporain : Siham Bouhlal et Mohamed Hmoudane, avec Alain Gorius et les éditions Al Manar.

« Tu es mon âme dans mon corps, comment peux-tu être loin ? Tu es au-dessus de l’amour, au-delà de lui, tu n’es autre que moi-même Tu me dépasses et dépasses ce que l’on nomme amour Tu es l’artisan de mon âme Tu l’as sculptée dans ses moindres sinuosités et travaillée comme d’une première argile. Comment peux-tu être loin, être ailleurs ? »

Siham Bouhlal, Mort à vif.

« J’empruntai un train de banlieue
Traversant toute une ville transparente
Où des troubadours chantaient l’espérance,
De nouvelles révoltes,
Feutrées…

Prochaine station : l’enfer :
Ivresse de feu assombri… »

Mohamed Hmoudane, « Incandescence »

 6e mini-salon du livre d’artiste
Du beau du bon du net… du bien beau du bien bon et bien net soleil… pour nous réchauffer l’âme et le corps, voilà de quoi s’aérer samedi et dimanche du côté du canal de l’Ourcq, remonter la rue du même nom pour, pendant cette journée chaude et ensoleillée, se rafraîchir l’esprit et les yeux, avec les bien beaux biens bons et biens nets bouquins et autres livres d’artistes que vous découvrirez… à la bien belle bien bonne et bien nette librairie La Lucarne des Écrivains, sise au 115 rue de l’Ourcq, qui vous propose pour la sixième fois son… bien beau bien bon bien net salon du livre d’artistes…

samedi 5 juin et dimanche 6 juin toute la journée.

Deux jours de rencontres, d’animations, de dédicaces avec des écrivains, des éditeurs & des artistes…avec Daniel Besace, et les éditions Carnets-Livres, qui fabriquera devant vous un de ses fameux livres relié en tissus…avec Chantal Robillard & Rebecca Gruel qui nous présenteront leurs livres artistement écrits & fabriqués, ainsi que de leurs amis, avant leur exposition du 14 au 26 juin à La Lucarne…
avec Michel Vray et ses éditions MMM (mille millions de milliards !) aux étonnantes représentations…avec Sarah d’Haeyer et les éditions L’Oeil d’Or dont les linogravures parsèment les murs de la librairie…

avec vous… vous et vous… si vous le voulez bien…

Mercredi 9 juin à 19h30, « Le ventre de Paris : Les Halles » avec Patrice de Moncan auteur et éditeur (éd. du Mécène), qui présentera sa maison et son dernier livre : « Baltard, les Halles de Paris 1853-1973 » en compagnie de Gérard Glanard qui nous montrera ses photos lors de la destruction de Halles, pour certaines déjà exposées à La Lucarne des Ecrivains.

 Vendredi 11 juin à 19 h 30, « La traversée de Paris : Paris en rimes » avec Frédéric Lheureux et les éditions Historimes. Lectures par la comédienne Mathilde Bost de « Ballade à Paris », de Frédéric Lheureux (texte) et Philippe Havard (photographies)

Une bal(l)ade en vers didactiques des monuments parisiens
http://historimes.over-blog.com

L’acier se développe grâce au chemin de fer
Qui trouve des vertus à cette jeune matière.
Facile à assembler et de grande portance
Ce matériau unit de rares compétences.

Scellés dans le béton, quatre puissants piliers
Soutiennent les quinze mille pièces d’acier.
De taille exponentielle où trois uniques étages
Emportent le sommet au milieu des nuages.

La mort fut programmée pour la tour métallique
Qui ne dut sa survie qu’à des raisons techniques.
L’aiguille du chapeau s’allonge d’une antenne
Et devient symbole de la télé hertzienne.

Le jour c’est tout Paris visible d’un regard,
La nuit c’est un flambeau qui brille dans le noir.
Ce monument phare d’élégance irréelle
Donna sa renommée à l’ingénieur Eiffel.

Frédéric Lheureux

Samedi 12 juin à 19 h 30, Soirée iranienne avec Marc Mangin et les éditions Sipayat pour Tu m’as conquis, tchador.

L’OUVRAGE. Le 12 juin 2009, à la faveur d’une élection présidentielle au résultat contesté, le monde découvrait le gouffre qui sépare le peuple iranien du régime des ayatollahs. Pendant le mois qui précéda ce scrutin et celui qui le suivit, Marc Mangin sillonna l’Iran sur plus de sept mille kilomètres. Sur fond d’actualité, Tu m’as conquis tchador évite les travers du journal électoral pour rester dans la chronique d’un voyage peuplé de rencontres dont certaines tout droit sorties de l’univers d’Hadji Baba. Charmé par le pays, Marc Mangin nous invite à le suivre, dans une langue imagée et pleine d’humour. L’histoire le rattrape et le journaliste assoupi en lui se réveille à Ispahan. Arrêté le 18 juin dans une manifestation, il y sera assigné à résidence plusieurs jours. L’auteur quittera finalement l’Iran pour la Turquie, le 14 juillet « Un bon jour pour embastiller un Français » ironise-t-il, après que les autorités aient rejeté sa demande de renouvellement de visa. Il met alors le cap vers l’Asie centrale et entraîne le lecteur aux Pamirs, région du Tadjikistan qu’il compare au paradis sur Terre.

L’AUTEUR. Ancien journaliste, Marc Mangin parcourt le monde depuis le début des années quatre-vingts, autant pour le plaisir que pour des raisons professionnelles. Il est l’auteur de plusieurs livres consacrés aux Philippines et à la Chine, deux pays qu’il affectionne particulièrement. Ses nombreux voyages lui ont également permis de réaliser un important travail photographique que Sipayat entreprend de publier. Tu m’as conquis tchador est son huitième ouvrage.

PRÉCÉDENT OUVRAGE.

Chine, l’empire pollueur. Arthaud 2008.

Exposition du 14 juin au 26 juin 2010 : « poèmes paroles écritures », exposition des œuvres et des livres de Rebecca Gruel et Chantal Robillard-Puvinel, peintres et poètes.

Je ne peins pas – je massacre le tableau – élimine la toile, supprime le châssis, déchire le papier, déchiquette la couleur, qui macère, jetée avec la colle pour réunir les fragments d’une réalité sans cesse menacée de déflagration.
Je ne peins pas – du tourment de la peinture, j’exprime le raisin, la vendange, que je foule du pied, que je brasse avec les pigments pour en sortir le jus, l’élixir – Elixir de la rage et des larmes, chagrin des liens brisés…
Que vais – je chercher à travers ces massacres : un visage, un corps, au delà des femmes entassées les unes sur les autres depuis des siècles et des hommes mutilés par les guerres de génération en génération…
Je cherche un visage humain oublié – lavé des humiliations – un corps libre et dansant , chantant sur les décombres d’une civilisation mortifère…
Mes tableaux se portent mal dans les villes, dans nos villes, encore saturées de pétrole, de fer, de béton , de plastique…
Chantal Robillard-Puvinel

Rebecca Gruel

Artiste peintre née à Dieppe. Vit à Paris. Effectue une recherche sur la peinture et l’écriture, séparées l’une de l’autre. Parfois le signe peut rejoindre la matière.
Ses toiles suggèrent une vision particulière, entre son et lumière. L’œuvre, multiple et originale, présente en dehors de sa dominante abstraite, aux accents parfois pollockiens, des accents à la fois impressionnistes surréalistes.

Mercredi 16 juin VERNISSAGE à partir de 18h30
lectures de textes à 20h Présence des artistes les samedi 19 et 26 juin à partir de 16h30

Jeudi 17 juin à 19 h 30, Soirée de La Gazette de La Lucarne. Lectures d’inédits et de textes en cours, musique et chants.

Vendredi 18 juin à 19 h 30
L’identité obscure Prix Apollinaire 2009 Lecture *JACQUES ANCET*Violoncelle *CATHERINE WARNIER* Rencontre animée par BLANCHE BRISSAUD qui présentera l’ensemble de l’oeuvre de Jacques Ancet

Le jour n’en finit pas eds Lettres Vives, 2001

Quand la voix se met à parler, on ignore pourquoi et d’où elle vient. On sait seulement que c’est le temps du poème et que le voile de perceptions, d’émotions, de pensées toutes faites qui sont le commun de l’existence vient de se déchirer. Alors, comme filtrant des mots, en émanant, quelque chose se lève : non pas l’image de chaque jour, pétrifiée d’habitude, qu’on nomme réalité, mais une sorte de lumière où êtres et choses ne cessent à la fois de sombrer et d’apparaître – une « saveur » dont le grand poète chinois Su Dongpo nous dit qu’elle est au centre du monde, qu’elle n’en finit jamais et que, pour ma part, j’aime appeler le réel. C’est l’intensité de cette expérience que voudrait évoquer ce livre, ne serait-ce déjà que par son titre. Auquel répond, comme en écho, celui d’une des suites qui le composent, trace rémanente d’un désir tenace, qui ne veut pas se rendre et qui est peut-être celui de la vie même : « De l’obstinée possibilité de la lumière. » (Jacques Ancet)

Samedi 19 juin à 19 h 30 : « Mafia, drogue et politique », avec Sergio Camargo V. qui présentera son livre Le narcotrafiquant n°82 Alvaro Uribe Vélez Président de la Colombie.

« C’est en 2002 que Alvaro Uribe Vélez arrive à la présidence de la Colombie avec l’appui conditionné de la mafia et l’aval des Etats-Unis. Depuis, la terreur que vit le peuple colombien est quotidienne, les assassinats des syndicalistes, journalistes, indigènes, leaders populaires et défenseurs des droits humains ne s’arrêtent pas. Malgré sa prétendue lutte contre le trafic de drogues, des tonnes de cocaïne sortent continuellement des principales côtes et des aéroports du pays. Certains capos de la mafia ont été arrêtés, mais d’autres prennent le relais immédiatement avec la complicité de hauts fonctionnaires, des forces armées et des politiciens de la droite colombienne qui a gouverné le pays avec une main de fer pendant cent quatre-vingts ans. »

Mardi 22 juin à 19 h 30 : Lectures poétiques avec la revue A verse animée par Blandine Douailler et Cathia Chabre.

« Tout livre ouvert est un dialogue ».

Le livre, comme un autre. Celui qui se laisse ouvrir, qui dévoile et tait dans un même temps ; celui qui, comme un autre, questionne et répond, jusqu’à l’épreuve des limites.

Dans l’espace qui le sépare encore de l’esprit -cet espace infime qui se dessine entre l’oeil et la main-, le livre se prépare à délivrer. Il suffit d’un geste pour qu’il s’offre alors tout à fait. Mais qu’a-t-il à offrir ? Sans doute la promesse de son dévoilement le plus complet, comme si, pages après pages, effeuillement, le livre se dénudait. Comme un corps.

Cathia Chabre (rédactrice en chef)

Mercredi 23 juin à 19 h 30, Soirée « Contes d’ici et d’ailleurs », pour enchanter nos oreilles avec Michèle Rouhet et les conteurs de ses ateliers de formation à l’art de conter. Sylvie Bertrand, Marco Fernette, Sylviane Cordier, Jean Delon.

Vendredi 25 juin à 19 h 30 : Soirée poétique « Voix des femmes ». Lecture de poésies de femmes par Sophie Bourel, de Sappho à Marielle
Anselmo.

Au cours de ce récital, nous traverserons siècles et espaces de poésie féminine : Sappho, Ono no Komachi, Louise Labé, Jeanne Guyon, Catherine Pozzi, Marina Tsvetaïva, Sylvia Plath, Ingeborg Bachman… et d’autres voix anciennes ou contemporaines.

Sapho, (VII avant JC) : »le désir » > Ono no komachi, (809-901): »le sentiment des choses » > Louise Labbé, (1526-1566) : »Je vis,je meurs,… »; »Baise m’en encore…. » > Jeanne Guyon,(1646-1717): »Différence de la foi obscure à la foi nue » > Marcelines Desbordes Valmore,: »Les Roses de Saadi » > Anna de Noailles,(1867-1933): »Si je n’aimais que toi »; »J’écris » > Catherine Pozzi,(1882-1934) : »Très Haut Amour », »Vale ». > Anna kmatova,(1889-1966) : »Requiem » (montage) > Marina Tsvetaeva,(1892-1941): »Tentative de Jalousie » > Sylvia Plath,(1932-1963): »Lady Lazarus » > Ingeborg Bachman,(1926-1973): »Nocturne Romain » > Marianne Van Hirtum,(1935-1988): »Vous avez des plumes sur la tête… » > Marielle Anselmo,(1965): »Une nuit » > Virginie de lutis,(1974): « Racines »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s