Janvier 2009

Paix et prospérité à vous, amis lecteurs, acteurs et spectateurs, écrivains divins ou artistes tristes, chalands nonchalants et passants compassés ! Vous qui avez contribué à un peu de bonheur en participant aux soirées de La Lucarne des Écrivains et qui reviendrez en cette année commençante… Prospérité – et non voracité, comme l’illustrent les scandales économiques qui nous viennent d’outre-Atlantique ; paix intérieure -et non guerre médiatisée, comme on le voit avec effroi entre les fils de Sem, outre-Méditerranée. Prospérité de la création et de l’imagination, oui ! paix du plaisir ou de l’amour, venez nous rejoindre en 2009 ici même !

Et pour cette première semaine de l’année, exposition d’œuvres, spectacle à sketch, chanson française, cuisine et cinéma ! D’abord découvrez une part de votre enfance à travers les gravures sur bois, les pastels gras ou secs, les dessins numériques ou les illustrations de textes inédits pour la jeunesse de MURIEL LENDOWER. Vingt ans d’art dans les styles et les techniques les plus diverses exposés du 2 au 24 janvier sur les murs de la librairie. Vernissage mercredi 7 janvier 2009 à partir de 18 h 30.

Vendredi 9 janvier 2009 à 19 h 30 : spectacle des Chroniques sociales de et avec Marie-Claire Calmus, sorte de one-woman-show (soliloque pour parler français), où l’auteur interprètera elle-même les différents rôles de ses textes à sketch décryptant l’actualité toujours présente des années 90, autour de son livre publié par Rafael de Surtis, Chroniques de la Flèche d’or.

Samedi 10 janvier, à 19 h 30 : soirée « Patrimoine culinaire » avec la projection d’un documentaire inédit de Cécile Deroudille en présence de sa réalisatrice, Le Flan était presque parfait. Où comment se transmettent dans les familles les recettes de cuisine ! À savoir la flognarde corrézienne, la paëlla espagnole, la polka limousine et la dafina juive-marocaine. Un tour du monde culinaire et familial! Et en avant-projection, concert de chansons d’Emmanuel Bemer qui a composé la musique du film.

Paix et prospérité !

Vendredi 16 janvier 2009 à 19 h 30 : Soirée franco-autrichienne,  avec l’écrivain THOMAS BERNHARD, décédé en 1989, célèbre autant par ses écrits que par sa rage contre son pays natal, au point qu’il essaya d’interdire ses propres textes, après sa mort, en Autriche !

« La culture, la création et l’engagement artistique », voilà le thème autour de la lecture théâtrale faite par Michel PARENT du livre de THOMAS BERNHARD Le naufragé (Gallimard) dont voici le début résumé : « Trois jeunes pianistes plus que prometteurs – Glenn Gould, le narrateur et son ami Wertheimer – se sont rencontrés autrefois. Rencontre déterminante au cours de laquelle Glenn Gould fait d’emblée figure de génie triomphant, au point de détourner brutalement et définitivement les deux autres de leur carrière de pianiste… »

Mardi 20 janvier 2009 à 19 h 30 : Soirée franco-coréenne, en présence de l’écrivain contemporain le plus important de sa génération : Kim Young-ha (né en 1968), qui viendra de Corée, en compagnie de sa traductrice Lim Yeong-ha, en particulier pour son troisième livre L’empire des Lumières (Picquier) :
A travers l’histoire d’un espion en sommeil, on découvre deux générations de Coréens et leurs aspirations : celle d’hier aux idéaux révolutionnaires ou de réunification ; celle d’aujourd’hui plus proche du consumérisme et de l’individualisme.

Dans Fleur noire, Kim Young-ha raconte l’épopée d’un millier d’émigrés coréens qui partirent au Mexique, il y a un siècle, pour y vivre. Dans ce milieu très difficile, certains iront même jusqu’à fonder un état…
Avec son premier roman La mort à demi-mots, Kim Young-ha explore le polar fantastique et une génération frénétique et excessive des années 1990.

Jeudi 22 janvier à 19 h 30 : Soirée franco-française dédiée à Pierre Mac Orlan, avec le chansonnier Marc Havet, l’animateur magique du café-cabaret Le Magique (rue de Gergovie, 14e), qui quitte ses pénates pour nous offrir ce bouquet de chansons. On connaît Pierre Mac Orlan pour ses romans comme Les clients du bon chien jaune ou L’ancre de miséricorde, on connaît moins ses Chansons pour accordéon que Marc Havet nous accordera avec la miséricorde talentueuse qu’on lui connaît.On connaitra aussi, en seconde partie de spectacle, ses propres chansons pleines de peps, pour parler franco-anglais.

Vendredi 23 janvier à 19 h 30 : Soirée franco-orientale, en compagnie de la syrienne MARAM AL-MASRI et du lyonnais MARC-HENRI ARFEUX. Maram Al-Masri nous lira son recueil bilingue « Je te menace d’une colombe blanche »(Seghers) avec son éditeur BRUNO DOUCEY. Premier recueil écrit il y a vingt-cinq ans, on découvre le charme déjà envoutant de Maram Al-Masri fait de fraicheur et de dolorisme qui accompagne chacun de ses courts poèmes :

« Je suis venue à toi sans me parfumer
sans me parer de bijoux
je suis venue à toi
telle que je suis réellement
tableau sans cadre
sans fausseté
je suis venue à toi
en habitante de la Terre »

À lire ou relire avec Je te regarde (Al Manar) que nous avions présenté il y a un an et demi à La Lucarne des Écrivains.

En seconde partie de cette soirée,nous aurons le plaisir de recevoir le lyonnais MARC-HENRI ARFEUX qui nous lira son émouvant et sobre poème, dédié à une iranienne, « Dévastation de la tendresse », édité et illustré par l’artiste ROBERT LOBET, avec un accompagnement musical du poète.

Enfin Soirée Franco-Japonaise samedi 24 janvier toujours à 19 h 30, autour du genre poétique le plus universel, aujourd’hui : le haïku. Avec les éditions L’Iroli animée par Isabel Asunsolo, l’Association française du haïku représentée par Jean Antonini , on découvrira de multiples auteurs francophones à partir des anthologies comme La rumeur du coffre à jouetsLe bleu du martin-pêcheur (trilingues), Sur la pointe des pieds ou bien Regards de femmes :

« à ce tas de plumes / je reconnais la chatte / plutôt que l’oiseau » (Jean Féron)

« caneton dodu / ne te confie pas à moi / j’ai des casseroles» (Monique Coudert)

Mardi 27 janvier à 19 h 30 : « L’identité sexuelle / Transexualité et intersexualité ». Autour du livre Le Choix de Juliette de Juliette Jourdan (Le Dilettante) en présence de l’auteur, et du livre d’Herculine Barbin, Mes souvenirs : Histoire d’Herculine/Abel B. (la Cause des livres), en présence d’Antoinette WEIL et de Martine LEVY, éditrices, et de Françoise PHILIPPE, pédiatre.

Vendredi 30 janvier à 19 h 30, soirée Malraux avec Jean Lacouture et Karin Müller pour Malraux, itinéraire d’un destin flamboyant.

Samedi 31 janvier à 19 h 30 : soirée « Paris à la Libération », avec Bernard Gasco pour Montorgueil café, présenté par Claude Duneton. Pour les amateurs du Paris des Halles, celles de Baltard, le Paris populaire des années quarante, tous ceux qui veulent découvrir ou revivre l’après-guerre, auront à coeur de venir à la librairie La Lucarne des Ecrivains le SAMEDI 31 JANVIER à 19h30, en compagnie du bon Claude Duneton, pour apprécier un auteur et un bouquin qui sortent en effet de l’ordinaire : Montorgueil café, de Bernard Gasco.

L’auteur, qui a douze ans détonait déjà ; le style aussi, que d’aucun dirait hâtivement néo-célinien : « Moi, c’était du retard, pas de puberté, pas de poil, du poil nulle part, je suis poli. Imberbe, glabre de partout, chétif, la scrofule, le rachot, le nain, le nabot, la puce. Même que c’était mon surnom, « La Puce »(…) Ca venait pas, le poil, la taille, le menton viril, la grosse voix… Le temps a passé, rien de terrible, tout juste de quoi avoir enfin l’air normal, tout juste de quoi se faire insulter par le premier costaud, se dresser sur les ergots, balancer de l’humour, être blessant, méchant, mais limite, avant le coup de boule, jamais plus loin. Finalement, je me suis pas encore fait casser la gueule. »
Par petits chapitres, une plongée dans une langue narquoise et argotisante avec des personnages à la fois commun et hors-normes, durant cette époque meurtrie par la guerre mais ô combien vivante. Un air de Doisneau ou de Mac Orlan bon enfant à la fois.

Expositions

Jusqu’au 24 janvier : dessins et gravures de Muriel Lendower..

Du 26 janvier au 7 février : « What Alice Said…”, exposition collective sur le thème d’Alice au pays des merveilles. Vernissage le mercredi 28 janvier à partir de 18 h 30.

Du 9 au 28 février : dessins et peintures de Cécile Wautelet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s