Juillet 2008

Fin de saison à La Lucarne des Écrivains, triple conclusion théâtrale pour les dernières soirées, autour de George Sand, du théâtre contemporain et, enfin, du témoignage historique. C’est le moment ou jamais de venir à la librairie avant vos vacances !

Mercredi 2 juillet 2008 à 19 h 30 : Soirée George Sand, avec la pièce Loin de Nohant de Simone Balazard, lue par l’auteur et par Christian Baltauss, Sophie Balazard, Michel Le Gouill. 1864. On retrouve Sand en compagnie de son dernier amant, l’inséparable Alexandre Manceau, aux antipodes d’un Musset frivole ou d’un Chopin qui détestait les idées égalitaires et socialistes de George. De 13 ans son cadet, on verra Alexandre Manceau à 47 ans dans la dernière année de sa vie avec sa célèbre égérie, la soixantaine glorieuse. Par petite touche, on les voit vivre à Palaiseau, « loin de Nohant » et la demeure de Sand, entre théâtre et campagne, herbier et création, mort et naissance… Entré libre, un chapeau passera à la fin de la lecture. Simone Balazard est aussi l’auteur de « Sand, la patronne », inventaire détaillé de l’oeuvre sandienne composée de romans (d’Indiana à Nanon en passant par François le Champi ou Flavie), de nouvelles, d’une trentaine de pièces de théâtre répandant ses idées républicaines, d’une immense correspondance (25 volumes!).Simone Balazard a édité dans sa maison d’édition « Le Jardin d’essai » les échanges épistolaires de Sand avec Flaubert ainsi qu’un livre sur les relations de l’écrivain à ses enfants, « George Sand était leur mère » de Christine Chambaz-Bertrand.

Vendredi 4 juillet à 19 h 30 : Théâtre contemporain avec les éditions Quartett. Découverte de quatre écrivains actuels (la quarantaine) par des lectures extraites de leurs pièces : Morituri, de Philippe Malone, lu par l’auteur ; La forêt où nous pleurons de Frédéric Vossier, lu par Marie-Pierre Revelut ; Verticale de fureur et C’est mon jour d’indépendance de Stéphanie Marchais, lu par Bénédicte Lavocat. Humeurs de Benoît Fourchard lu par l’auteur. Un débat suivra sur la création théâtrale contemporaine.

Enfin, samedi 5 juillet à 19 h 30 : « Paroles d’étoiles, paroles de justes » lecture-concert avec le comédien Maurice Antoni et le bandonéoniste Pablo Nemirovsky, d’après le livre de Jean-Pierre Guéno sur les enfants juifs traqués en 1940-45.
« 72000 enfants d’origine juive vivaient en France en 1939. Ils ont été jetés dans la guerre, marqués de l’étoile jaune, et souvent séparés de leurs parents… 12000 ont été éliminés. 60 000 ont survécu : beaucoup parce qu’ils étaient cachés. »
Parmi ces enfants, Claudine Burinovici-Herbomel, qui a publié en France un des premiers témoignages sur le sujet dans Enfance traquée (2001, éd. l’Improviste) et qui sera présente à cette soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s