Octobre 2007

expo Caveri-sept 2007Du 1er au 14 octobre 2007 : exposition d’Eduardo Caveri, peintures et œuvres en relief.
« Appréhender l’art à partir des oeuvres du passé et celles du présent, dans un aller-retour qui peut se revéler fructifiant si on confronte ces oeuvres d’une manière concrète, à sa propre expérience – pour modeste qu’elle soit – me semble constituer les bases de mon travail.Car en effet, dans ma pratique personnelle de peintre, j’essaye de concilier ce qui pourrait paraître inconciliable : un regard « retrospectif » ou « actuel » mais extérieur à moi, avec ce qui émane de mon propre vécu pédagogique – car j’enseigne les arts plastiques – ou encore, tout ce qui vient des tréfonds de mon être. »
Eduardo Caveri, septembre 2007.

Le vernissage aura lieu le samedi 6 octobre à partir de 16 h en présence de l’artiste, suivi, à 19 h, par un  Récital poétique libre : « Le cœur sur l’arbre vous n’aviez qu’à le cueillir » sur le thème de la nature dans la poésie. Avec la participation de : Monique Combes,traductrice et poétesse, Cristina Castello, journaliste argentine et poétesse, Maggy De Coster, journaliste et poétesse et Inocencio Gomez, traducteur espagnol. Lectures  de poèmes avec commentaires en français et en espagnol.

Mercredi 3 octobre 2007 à 15 h : « Contes des cinq continents » racontés par Michèle Rouhet et Françoise Vigla (sur place, à la librairie 115 rue de l’Ourcq). Public à partir de 5 ans, entrée gratuite.
Une autre après-midi de contes aura lieu le 17 octobre ainsi que le premier et le troisième mercredi de chaque mois.

Mercredi 3 octobre 2007 à 19 h 30 : « Et si les livres s’intéressaient à eux ? » Une autre écriture sur le handicap mental, avec Catherine Neykov Pour l’amour d’Olivia (éd. Cheminements).

La rare « littérature » actuelle sur le handicap mental consiste en témoignages de familles marquées par la tragédie de devoir faire le deuil de l’enfant attendu et d’adopter, en lieu et place, un être étrange et diminué, lourd fardeau potentiel, objet de crainte et de répulsion.
Pour l’amour d’Olivia prend le contre-pied de cette convention et s’intéresse à eux, les enfants du drame devenus adultes. Ils sont limités, modestes, rendus timides par une histoire personnelle difficile mais avec des capacités, des talents et un appétit de vivre très humain.
Ben a vingt-cinq ans et voilà qu’un soir d’été, il voit venir à lui une promeneuse égarée et en tombe éperdument amoureux. Il est trisomique et jardinier, elle est tendre, ingénue, handicapée, artiste. Le temps d’un été, ils vont découvrir l’amour, la sensualité, la passion. Séparés et en butte à l’indifférence de leurs proches, ils déploieront des trésors de maturité pour faire reconnaître leur droit d’aimer en dépit des handicaps.
Un roman captivant sur un sujet sensible, traité avec délicatesse et justesse de ton.
L’avis de L’Unapei (Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis) : « Une fiction tout à fait plausible et même très finement proche du vécu  des personnes handicapées mentales et de leur famille. L’Unapei espère qu’un large public appréciera cette lecture et invite, avec elle, à changer de regard sur le handicap. »
www.cheminements.fr
et Elisabeth Motsch auteur de livres sur l’autisme dont Gabriel (École des Loisirs).

Jeudi 4 octobre 2007 à 19 h 30 : Soirée romanesque avec les éditions Zulma en compagnie de l’éditeur et auteur Serge Safran avec Hubert Haddad pour son livre Palestine et l’ensemble de son œuvre. www.zulma.fr

Mercredi 10 octobre à 19h30 : Soirée autobiographique autour de Claude Duneton. Présentation de son livre La chienne de ma vie.

Le vendredi 12 octobre 2007 : Soirée avec les éditions Pierre Mainard à 19 h 30 en présence de l’éditeur.

Radiances-octobre 2007Du 15 octobre au 28 octobre 2007 : exposition des « Radiances » de Mireille Radian, peintures et collages. Vernissage le jeudi 18 octobre à 17 h.
« D’abord la couleur,le besoin de m’évader,mais surtout une envie qui vient de l’intérieur et qui grandit au point d’éclater en couleur sur la toile… Les radiances , quant à elles, sont des compositions à partir de peinture et de collages où l’humour et la drôlerie jouent un rôle prépondérant. »

Du 29 octobre au 18 novembre 2007 : Exposition Valérie Buffetaud.
« Ce sont les pulsions vitales, les figures physiologiques naturelles en nous-même qui constituent les formes de l’art, de la musique, de l’écriture et de l’organisation des œuvres plastiques. »
Tiré de la revue Propos de campagne n°15 – Dialogues autour de la peinture consacrée à Valérie Buffetaud avec des textes de Damien Daufresne, Jean-François Humeau, Daniel Lacomme, Claude Held, Jacques Norigeon, Claude Duneton, Jean-Claude Villain, Bertrand Renaudin.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s